Bat For Lashes : « The Haunted Man ». Approchez, ça ne va pas vous mordre.

31 Octobre rime, comme chacun sait, avec Halloween. L’occasion de faire une slutty party avec ses amis en regardant Paranormal Activity, hmm ? J’ai déjà prévu mon déguisement d’infirmière-salope pour ce soir, merci. Sur un autre registre (qui était en l’occurrence : impérialisme américain, fête païenne, tradition àlakon) je pourrais discrètement vous informer de la sortie des derniers albums de Lorie, Florent Pagny et Raphaël, mais avec eux, la musique française a soudain moins de sex-appeal. C’est pourquoi je vous introduce en ce jour sacrosaint la magnifique Natasha Khan, alias Bat For Lashes.

L’anglaise n’en est pas à son premier opus, plutôt au troisième : hélas, ce n’est pas grâce à moi que vous aurez déniché la nouvelle perle rare indie du mois. Son dernier album, The Haunted Man (deezer) nous change un peu de son habituel ton (car je l’aurais qualifiée, à l’époque, d’une sorte d’Émilie Simon folk/un peu hippie sur les bords/tournée vers des sons mystérieux style juste sortis des entrailles de la terre) avec tout d’abord cette pochette, éminemment sophistiquée dans sa nudité primaire (référence à Ryan McGinley). Au niveau musical, dites vous que tout diamant est fait de simple carbone : et que ce truc là n’a pas l’air d’en jeter, mais qu’il brille de mille feux, en toute simplicité.

Vous aurez droit, au fil des chansons, à différentes tonalités, tantôt électro-pop, tantôt mystiques. Quelques tracks vous donneront peut être l’envie de regarder par la fenêtre, l’air triste, la pluie qui tombe, tandis que d’autres accompagneront des marches rapides et décisives dans des rues froides et bétonnées, vers le partiel/test/khôlle de votre semestre/vie. La voix de Bat For Lashes est ici d’une splendide sobriété, à la croisée des sonorités mélancoliques et joyeuses, tandis que l’instrumental n’en fait (généralement) pas trop. Piano posé, imposant. Ou des touches d’électro sorties de nulle part, mariage étonnant avec des chansons généralement intimistes, secrètes, mais glorieusement accessibles.

Un bijou vous-dis-je.

  • 3 adjectifs : sauvage, posé, profond
  • Les meilleures chansons de l’album : All Your Gold, Marilyn, The Haunted Man
  • Si vous aimez, allez plus loin avec : Zola Jesus, PJ Harvey, I Blame Coco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s