Chronique : Alésia de Housse de Racket, un album encore trop expérimental pour plaire

Tourbillon médiatique : le duo français Housse de Racket est partout. Blogs internationaux, articles de presse élogieux : que de louanges pour le deuxième album de Housse de Racket ! Malheureusement, loin de ce qu’on pouvait espérer, Alésia n’est finalement que la suite du brouillon débuté avec Forty Love. Critique d’un album beaucoup attendu mais finalement assez vite oublié.

En écoutant les deux extraits diffusés avant l’album, on pouvait s’attendre à une ribambelle de tubes. Il n’en est rien : Alesia apparaît comme une succession d’expérimentations électroniques. Ce n’est pas un mal, mais l’album a ainsi des difficultés à conquérir un plus large public, restant cantonné à ceux qui avaient déjà aimé Forty Love. Alésia est en effet un album qui n’est pas à la portée de tous – il le devient après plusieurs écoutes forcées et peu agréables pour les non-adeptes. Il s’agit d’un album qui s’apprivoise au fil des semaines : lors de mes premières écoutes, j’ai été très déçu par l’album. Je l’ai ensuite oublié pendant quelques jours avant de le réécouter, et découvrir avec surprise que j’adorais littéralement certains passages du disque : la chanson d’ouverture Human Nature, le refrain passionné de Apocalyptico, le début d’Alésia, la planante clôture avec Empire
Mais patience : il a fallu 4 albums à Phoenix pour devenir le groupe référence de l’electropoprock. En faudra-t-il autant à Housse de Racket ? Sans doute, sauf si ces deux albums reflètent le style fixe du groupe. Ce serait dommage : devant des perles comme Oh Yeah, Château et Roman, Housse de Racket a de quoi éblouir.

En conclusion, Alésia est un très bon album pour les fans ou pour ceux qui ont le courage de l’écouter plusieurs fois. Malheureusement, le duo se perd dans des expérimentations psychédéliques, alors que leur potentiel tubesque est énorme. Si la volonté de se faire connaître est présente, elle apparaît néanmoins trop tôt : Alésia est encore trop expérimental, trop original pour plaire au grand public, qui se contentera des titres les plus abordables (Human Nature, Château, Roman).

  • L’album en 5 adjectifs : épique, psychédélique, expérimental, difficile d’écoute, parfois tubesque
  • Les meilleures chansons de l’album : Human Nature, Château, Roman, Alésia
  • C’est pour vous si vous aimez : Justice, Phoenix, Air

[Version iPhone/iPad]

Pour rester informé des nouveaux articles d’Exypop, devenez fan d’Exypop sur Facebook.

Merci de noter cet album ci-dessous :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s