DOIST! : "Until the light takes us"

Doist!

Je dois dire que d’ordinaire nous faisons très peu dans l’électro type techno voire, ATTENTION LES YEUX ET LES OREILLES, dans l’électro noise. Mais le mélomane se doit de cultiver son éclectisme (= synonyme de diversité, ndlr) au risque d’apprécier ses découvertes. Et puis comme diraient les Strokes : #YOLO.

Bref, DOIST! c’est, en gros, du dark electro en barre. C’est surtout un duo, originaire de Rennes, mêlant influences métal et electro. J’ai donc écouté : et j’ai aimé. Ce qui fait du groupe un total ovni dans mon bagage musical.

C’est sûr que c’est pas du son trankilou pour aller batifoler dans les hautes herbes avec un amour d’été (quoique..), mais plutôt un fond musical redoutablement efficace pour se déhancher dans les profondeurs d’un club souterrain. Ou pour se perdre dans les basses de son nouveau casque audio sans fil troklass. Ça transpire des coups trash, un esprit presque rave, des films des années 2010 en noir et blanc. Ça émane une violence délicieuse.

Déballez donc, sans précaution, le nouvel EP Until The Light Takes Us et c’est parti pour 28 minutes de trip : 4 tracks + 1 remix. Voyez la première track, Wolf Temple, comme une introduction au voyage sous acide/champi/la drogue de votre choix, beats comme des poings dans ta face, boucles minimales comme un tourbillon infernal. Attention, à un moment donné le titre Circles, risque de vous faire atteindre un pic de darkitude et de panique. Terminez avec le remix éponyme comme une descente obsédante mais plus légère qui donne un peu d’espoir quand à revenir à un état normal.

NB : Aucune drogue particulière n’a été ingérée à l’occasion. Mais pour les drug-friendly, c’est cool on se comprend.

 

https://www.facebook.com/DOIST

 

Du côté de chez Samba De La Muerte : "4"

Samba De La muerte 2

Pardon ? Vous pensez qu’Exypop veut AUSSI surfer sur la vague du mondial de football au Brésil en proposant des sonorités style Carnaval de Rio c’est la fête tous en strings samba on paie notre tournée de mojitos ? Non voyons, on ne ferait jamais ça. On a déjà notre dose de sandouiches, maillots de bain, tshirts et autres trucs estampillés BRESIL à tous les coins de rue. J’ai pas la télé, mais je suis sûre que toutes les publicités vous suggèrent toutes des couleurs jaune et vert, des sonorités sud américaines et surtout beaucoup de football. Eh bien ici, que nenni.

Ici pas de Samba. Ou peut être juste le nom. Pas non plus de marimba/zabumba (je vous conseille la page wiki des instruments de musique brésiliens, c’est plein de noms rigolos style "Agogo" ou "Caxixi") mais juste une guitare, une basse, des percus et des voix tendres. Rien de plus classique, me dira le lecteur déjà déçu que je ne parle pas de mi-temps et de penaltys. En effet, répondrai-je au lecteur en recherche désespérée d’exotisme. Mais quel classique !

Car si vous cherchiez de l’exotisme, rassurez vous, il y en a. Le groupe français Samba de la Muerte en a semé dans toutes ses chansons. Dans leur clip aussi d’ailleurs (que je déconseille fortement aux épileptiques et aux allergiques des années 90). Car au gré des voix et des sonorités du quatuor, on reste bien calé chez soi tout en s’envolant dans un jardin d’Éden indie-folk. C’est poétique, léger, ça transporte, ça obsède parfois comme du Animal Collective. Ou ça nous touche comme seuls peuvent le faire Bon Iver et Son Lux. Un album à écouter pour s’échapper loin, loin, très loin des dramas du ballon rond.

Retour Estival

Vacationer In the Grass

Exypop se réveille d’une hibernation d’un an.. Juste à temps pour l’été !

Histoire de vous préparer aux cocotiers, au sable fin et au camping (ou aux vacances pluvieuses en Bretagne), nous vous proposons une sélection de cinq titres à étincelles pour partir sur la route, la mer ou.. dans les airs !

1. Eugene McGuinness : Godiva

Pour se mettre en appétit, je vous propose une track rock very british parsemée d’accents garage. Un morceau dans la continuité de l’univers rockabilly de McGuinness. Avec ses albums précédents teintés rétro, balade voire pop, Godiva donne le ton pour le nouvel album Chroma, prévu pour début juillet.

A écouter également, la reprise de Blue Jeans (Lana Del Rey) avec une pointe de chic et de mélancolie.

 

2. Vacationer : In the Grass

Il suffit de l’écouter et vous êtes sous le soleil, allongés.. dans l’herbe ! Rythmique exotique, guitare légère et voix lumineuses pour une salade de sons pop rafraichissants, au milieu de fleurs, de brises et de papillons. Une track rêveuse _ que dis-je, dreamy _, annonciatrice de l’album Relief qui sort fin juin.

 

3. Jack White : Lazaretto

Impossible de passer à côté de la sortie du dernier album du génial Jack White ! Et plus particulièrement de sa chanson phare Lazaretto, qui porte le même nom que l’album. On y retrouve ces fameux riffs électriques, empreinte du génie fou du blues-rock, en digne héritier des White Stripes. Mais également une voix haut perchée aux accents violents, donnant le ton à la rythmique. En bref, un concentré d’énergie rock rudement bien maîtrisé.

Accompagné de son clip destructeur mais délicieusement esthétique :

 

4. La Roux : Tropical Chancer

Bientôt un nouvel album pour le duo electro-pop, Trouble in Paradise. En attendant sa sortie en juillet, voici une chanson toute faite pour l’été, avec la voix fraîche d’Elly Jackson et une rythmique super cool limite daft punk qui donne envie de se boire des bières tout droit sorties de la glacière, sous le soleil caniculaire.

 

5. Kasabian : Treat

Retour aux sources impeccable à l’occasion de la sortie du dernier album "48:13" : un virage après le détour psyché des deux derniers LP. Treat revisite donc les sonorités typiques sauce Kasabian, qui font du rock tempéré, bien rangé, un cocktail dynamique aux touches électro. Légère ambiance de panique ambiante, beats percutants et refrain entêtant sont au rendez-vous.

 

Et pour finir, super bonus ! Une playlist de 5 tracks un peu plus expérimentales (allons, soyons courageux) soigneusement choisies pour vous mettre dans l’ambiance des nuits étoilées.. Ou tropicales, comme vous préférez. Bonne écoute !

"Blizzard" de Kavinsky : puissante electro

Le nouvel album de Kavinsky est sorti fin février  et rencontre un succès digne de son morceau phare Nightcall. Il faut néanmoins du tout pour l’apprécier complètement.

Blizzard est le second morceau du disque, et annonce sa tonalité avec sa rigidité et sa puissance. Le son en arrière-plan s’imprime méchamment sur les tympans et raisonne à en perdre la raison. Un morceau qui ferait bouger, en rythme, un cadavre.

A écouter sur Vimeo ou l’album entier sur Deezer.

"Conquest of Spaces" de Woodkid : un bijou parmi tant d’autres

Magistral : c’est le mot qui apparaît à la première écoute du premier album du jeune prodige français Woodkid. Mais ce disque se révèle beaucoup plus difficile à apprivoiser, tant sa richesse est grande. Tous les morceaux sont bons, sans exceptions, et le voyage auquel nous invite Woodkid est sans conteste réussi.

Conquest of Spaces est aussi mélancolique que les autres, mais il s’en dégage une aura particulière. Une écoute et nous voilà transporté dans des contrées exotiques et lointaines. Regorgeant d’intensité, la chanson séduit immédiatement et irrémédiablement. Sans doute un premier pas vers l’écoute approfondie de l’album The Golden Age, si ce n’est pas encore fait.

Previous Older Entries

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 77 autres abonnés